La Formation AAC plus connue sous le nom de conduite accompagnée, c’est une formation accessible dès 16 ans. Elle se déroule comme suit :

  • • Préparation et obtention du code de la route et formation initiale en voiture de 20 heures minimum avec un moniteur.
  • • A l’issue de cette formation initiale a lieu le rendez-vous préalable : un parent ou accompagnateur vient en voiture avec l’élève et le moniteur pour constater que le niveau est suffisant pour partir en conduite accompagnée. A ce moment-là, le moniteur vous donne des conseils pour que tout ce passe bien par la suite et pour éviter les situations de stress que certains parents appréhendent.
  • • Elève et accompagnateurs partent pour 3000 km sur minimum 1 an de conduite accompagnée. Pendant ces 3000 kms , deux rendez- vous pédagogiques sont prévus ; le premier autour des 1000 km comprend une partie théorique et collective répondant à un programme officiel et réglementé sur les risques qui touchent les jeunes sur la route où les échanges doivent être favorisés puis une partie pratique qui permet de faire le point sur le niveau de l’élève et d’évoquer les situations de conduite rencontrées. Le deuxième rendez-vous a lieu au bout des 3000 kms et se déroule de la même façon (théorie et pratique ).
  • • Au moment de la phase pratique, un examen blanc de conduite est réalisé et expliqué selon les critères de l’examen, ce qui permet à chacun de se situer (parent, élève et moniteur) et de se rendre compte du niveau attendu.

  Préambule Le permis B permet la conduite de :
- véhicules dont le PTAC (poids total en charge) est inférieur ou égal à 3,5 tonnes, pouvant être affecté au transport des personnes ou des marchandises, 
- véhicules pouvant comporter neuf places assises au plus (siège du conducteur compris).  Le permis B autorise à conduire les mêmes véhicules avec une remorque :
- si le PTAC de la remorque est ≤  à 750 kg
- si le PTAC de la remorque + PTAC du véhicule tracteur est  ≤ à 3,5 tonnes

Les enjeux de la formation préparatoire au permis de conduire
L’automobile est devenue un outil social indispensable pour une très grande partie des jeunes de notre société. Au-delà du plaisir de conduire, l’utilisation d’une voiture est souvent indispensable pour les études, le travail ou les loisirs. Rouler en sécurité est donc une nécessité pour tous. Les conducteurs débutants représentent une part trop importante des tués et blessés sur la route. L’effort engagé doit être poursuivi, notamment par le renforcement de l’éducation et de la formation. Les accidents de la route ne sont pas liés à la fatalité et pour aider les nouveaux conducteurs à se déplacer avec un risque faible de perdre la vie ou de la dégrader, un nouveau programme de formation est mis en place. L’objectif général est d’amener tout automobiliste débutant à la maitrise des compétences en matière de savoir être, savoirs, savoir-faire et savoir devenir.

 

 Les pré-requis  
-  avoir minimum 15 ans
- Etre titulaire de l’ASSR 2 ou de l’ASR   

Le public visé
Tous publics

 La durée de la formation  
20 heures (minimum légal obligatoire)

Les objectifs de la formation
- une évaluation de départ afin de déterminer le nombre d’heures moyen et le coût de la formation  
- une formation théorique : préparation à l’épreuve théorique générale (ETG) par des cours de code sur les thèmes :

  • • dispositions légales en matière de circulation routière
  • • le conducteur
  • • la route
  • • les autres usagers de la route
  • • réglementation générale et divers
  • • précautions nécessaires à prendre en quittant le véhicule
  • • éléments mécaniques liés à la sécurité de la conduite
  • • équipements de sécurité des véhicules
  • • règles d’utilisation du véhicule en relation avec le respect de l’environnement Une formation pratique comprenant mise en situation et théorie de la conduite avec le programme suivant :

Programme de formation détaillé

Compétences générales Compétences
1. Maîtriser le véhicule dans un trafic faible ou nul -       Connaitre les principaux organes et commandes du véhicule, effectuer des vérifications intérieures et extérieures
-       Entrer, s’installer au poste de conduite et en sortir
-       Tenir, tourner le volant et maintenir la trajectoire
-       Démarrer et s’arrêter
-       Doser les accélérations et les freinages à diverses allures
-       Utiliser la boite de vitesses
-       Diriger la voiture en avant en ligne droite, en courbe en adaptant allure et trajectoire
-       Regarder autour de soi et avertir
-       Effectuer une marche arrière et un demi-tour en sécurité
2. Appréhender la route et circuler dans les conditions normales.
-       Rechercher la signalisation, les indices utiles et en tenir compte
-       Positionner le véhicule sur la chaussée et choisir la voie de circulation
-       Adapter l’allure aux situations
-       Détecter, identifier et franchir les intersections suivant le régime de priorité
-       Tourner à droite et à gauche en agglomération
-       Franchir les ronds-points et les carrefours à sens giratoire
-       S’arrêter et stationner en épi, en bataille en créneau
3. Circuler dans des conditions difficiles et partager la route avec les autres usagers
-       Évaluer et maintenir les distances de sécurité
-       Croiser, dépasser et être dépassé
-       Passer des virages et conduire en déclivité
-       Connaitre les caractéristiques des autres usagers et savoir se comporter à leur égard avec respect et courtoisie
-       S’insérer, circuler et sortir d’une voie rapide
-       Conduire dans une file de véhicules et dans une circulation dense
-       Conduire quand l’adhérence et la visibilité sont réduites
-       Conduire à l’abord et dans la traversée d’ouvrages routiers tels que les tunnels, les ponts, les passages à niveau
4. Pratiquer une conduite autonome, sûre et économique
-       Suivre un itinéraire de manière autonome
-       Préparer et effectuer un voyage longue distance en autonomie
-       Connaitre les principaux facteurs de risque au volant et les recommandations à appliquer
-       Connaitre les comportements à adopter en cas d’accident : protéger, alerter, secourir
-       Faire l’expérience des aides à la conduite des véhicules
-       Avoir des notions sur l’entretien le dépannage et les situations d’urgence
-       Pratiquer l’écoconduite

Les épreuves d’examen
L’examen théorique général L’épreuve se passe dans un centre d’examen géré par un opérateur privé, l’école de conduite se charge de la prise de rendez-vous pour l’examen. L’épreuve se passe sur une tablette en individuel, c’est une épreuve de type QCM. Les candidats sont reçus à l’examen à partir de 35 bonnes réponses sur 40 questions.
L'examen pratique :
À compter du 1er août 2014,  elle est réalisée par un Inspecteur du permis de conduire et de la sécurité routière sur le véhicule de l’établissement d’enseignement. L’épreuve dure 32 minutes. Elle comprend:

  • • la vérification de la recevabilité des documents d’examen ;
  • • l’accueil du candidat, la vérification de son identité et s'il a suivi une formation selon la formule de l'apprentissage anticipé de la conduite, de son attestation de fin de formation initiale ;
  • • la présentation de l’épreuve par l’examinateur ;
  • • l’installation au poste de conduite ;
  • • les réglages du véhicule nécessaires avant le départ et réalisés par le candidat ;
  • • une phase de conduite effective d’une durée minimale de 25 minutes ;
  • • la réalisation d’un test de la vue ;
  • • la réalisation de deux manœuvres particulières à tester en relation avec la sécurité routière (un freinage pour s'arrêter avec précision et une manœuvre en marche arrière) ;
  • • des questions portant notamment sur la vérification d’un élément technique en relation avec la sécurité routière, à l’intérieur et à l’extérieur du véhicule ;
  • • la mise en action d’un accessoire ou commande d’accessoire en cours de circulation ;
  • • L’établissement du certificat d'examen du permis de conduire.
  • • Un enseignant de la conduite titulaire d’une autorisation d’enseigner accompagne les élèves pour l’épreuve pratique
  • • Une formation plus étalée dans le temps, avec une expérience de conduite unique : 3000 km minimum ! Ce qui veut dire un meilleur niveau d’apprentissage, une confiance en ses capacités, un meilleur taux de réussite à l’examen, et surtout plus de sécurité sur la route !
  • • Une formation moins coûteuse car les parents prennent le relais des moniteurs pour leur apporter leur expérience et cela complète leur formation.
  • • Des avantages du point de vue des assurances jeunes conducteurs
  • • Des avantages réglementaires ( période probatoire restreinte )
  • • L’établissement d’une relation de confiance entre accompagnateur et élève conducteur.

Un futur conducteur peut choisir d’apprendre à conduire dès l’âge de 15 ans grâce à la conduite accompagnée, réalisée dans le cadre de l’apprentissage anticipé de la conduite (AAC).

    • De quoi s’agit-il ? 
  • La conduite accompagnée permet, après une formation initiale en école de conduite, d’acquérir de l’expérience au volant en toute confiance et sous le contrôle d’un accompagnateur, dans les conditions de circulation les plus variées possibles, avant le passage des épreuves pratiques et l’obtention du permis de conduire et de l’autonomie. En 2017, 213 898 permis de conduire de la catégorie B ont été délivrés via la filière de l’AAC, soit seulement 24,8 % de la totalité des permis délivrés pour cette catégorie. Pourtant, cette formation « au long cours » réduit considérablement l’accidentalité chez les conducteurs novices et enregistre un meilleur taux de réussite à l’examen.  Le taux de réussite à l’épreuve pratique en vue de l’obtention de la catégorie B du permis de conduire est de 75 % pour les candidats ayant suivi une formation anticipée à la conduite, contre 52 % pour les candidats qui ont suivi la formation traditionnelle.

  • • Quelles sont les conditions d'accès ?
  • Pour s’inscrire à l’AAC en école de conduite, il faut :
  • • être âgé d’au moins 15 ans ;
  • • avoir l’accord de son représentant légal et de l’assureur du véhicule.
  • • Pour les jeunes âgés de moins de 16 ans, la copie de l’attestation de recensement ou du certificat individuel de participation à la journée défense et citoyenneté (JDC) ou de l'attestation individuelle d'exemption n’est pas requise pour l'inscription.

  • • Quels avantages ? 
  • La conduite accompagnée permet notamment :
  • • d'acquérir une expérience de conduite. Gagner ainsi en confiance pour le passage pratique de l’examen, mais aussi en tant que futur conducteur ;
  • • un taux de réussite plus important lors du passage de l’épreuve du permis avec 75 % de réussite contre 57 % dans la filière traditionnelle ;
  • • une période probatoire réduite : les jeunes conducteurs ayant suivi la conduite accompagné seront crédités de leurs 12 points sur le permis à l'issue de 2 ans sans commettre d’infraction, contre 3 ans pour les titulaires ayant obtenu le permis via la filière traditionnelle ;
  • • passer l’épreuve pratique du permis de conduire dès 17 ans ;
  • • obtenir un tarif préférentiel sur son assurance «jeune conducteur» ;
  • • commencer la formation initiale en école de conduite (code et conduite), dès l’âge de 15 ans
  • • La formation initiale en école de conduite Avant de pouvoir conduire avec l’accompagnateur, l’élève doit suivre une formation initiale qui comprend :
  • • une évaluation préalable d’une heure ;
  • • une formation théorique sur les enjeux de la sécurité routière et permettant de préparer l’épreuve théorique générale dite épreuve du code ;
  • • une formation pratique (cours de conduite) dont la durée ne peut être inférieure à 20 heures. Une fois l’examen du code obtenu, et lorsque le niveau de conduite est jugé satisfaisant par l’enseignant de la conduite et de la sécurité routière, après au moins 20 heures de formation obligatoire (ou davantage si l’enseignant le juge nécessaire), l’enseignant délivre à l’élève une attestation de fin de formation initiale (AFFI). Celle-ci prouve que l’élève a atteint le niveau nécessaire et indispensable pour commencer la conduite avec un accompagnateur. Il doit notamment savoir :
  • • maîtriser le véhicule à allure lente ou modérée, le trafic étant faible ou nul ;
  • • choisir sa position sur la chaussée, franchir une intersection ou changer de direction ;
  • • circuler dans des conditions normales sur route et en agglomération ;
  • • connaître les situations présentant des difficultés particulières. Cette attestation est consignée dans le livret d’apprentissage de l’élève. Elle est aussi remise à la compagnie d’assurance du candidat, car elle est indispensable pour commencer la conduite accompagnée.

  • • Qui peut être accompagnateur ?
  • Pour être accompagnateur, il faut :
  • • être titulaire du permis B depuis au moins cinq ans sans interruption ;
  • • avoir obtenu l’accord de son assureur ;
  • • ne pas avoir été condamné pour certains délits (homicides et blessures involontaires, conduite sous l’emprise d’état alcoolique, délit de fuite…) ;
  • • être mentionné dans le contrat signé avec l'école de conduite ;
  • • participer à l’évaluation de la dernière étape de la formation initiale de l’apprenti conducteur. Il est possible, pour l'élève, d'avoir plusieurs accompagnateurs, y compris hors du cadre familial.
  • Le déroulement de la phase de conduite accompagnée Les grandes étapes de l'apprentissage anticipé de la conduite sont :
  • • un RDV pédagogique avant de commencer l'apprentissage
  • • une durée de conduite accompagnée de minimum 1 an ;
  • • un nombre de kilomètres parcourus supérieur à 3000 ;
  • • deux RDV d'étape avec un formateur.

  • Un rendez-vous pédagogique préalable avec l’accompagnateur est obligatoire, d’une durée minimale de deux heures. Le candidat se retrouve pour la première fois en présence du moniteur et de l’accompagnateur. Ce dernier profite à cette occasion de l’apport des conseils et des informations délivrés par l’enseignant de la conduite afin d’assurer une continuité dans la formation. La conduite avec l’accompagnateur se déroule ensuite sur une durée minimale d’un an. Durant cette période, le conducteur devra parcourir au minimum 3 000 kilomètres, sous la vigilance et les conseils de l’accompagnateur. Un suivi est assuré par l’école de conduite sous la forme de deux rendez-vous pédagogiques obligatoires avec l'élève, l’un entre 6 et 8 mois de conduite (et environ 1 000 kilomètres parcourus), l’autre à l’issue des 3 000 km.  C’est lors du deuxième rendez-vous pédagogique que le formateur décide si le candidat est prêt à passer l'épreuve pratique du permis de conduire lorsqu'il aura 17 ans et demi. Aussi, dans le cadre de l’apprentissage anticipé de la conduite (AAC), les devis proposés par les auto-écoles doivent préciser :

  • • le rendez-vous pédagogique préalable avec l’accompagnateur et le moniteur d’école de conduite d’une durée minimale de deux heures ;
  • • les deux rendez-vous pédagogiques obligatoires, avec l’accompagnateur et le moniteur ;
  • • la formation théorique : préparation et présentation à l’examen du code de la route.
Vous avez des questions ? Contactez-nous